Chapitre 1 - الموقع الأول للدراسة في ...

Chapitre 1 - الموقع الأول للدراسة في ...

Chapitre 1 Historique et volution des ordinateurs Repres historiques Les premiers registres - Abaque: premire tablette calculer en Msopotamie - Boulier: vers 3500 av. J.C en Chine Pas damlioration jusquau 17me sicle. 1614: John Napier (cosse) dcouvre les logarithmes: multiplications et la division transformes en une successions dadditions.

Djamal Rebane 2 1620: mise en uvre de cette invention au moyen de la rgle calcul. Les machines calculer 1623: machine de Schickard (Allemagne): fonctionnement mcanique bas sur le principe de tiges proportionnelles aux log. des nombres impliqus dans ces oprations. Djamal Rebane

3 1643: Pascaline de Pascal (France): fonctionnement mcanique systme de roues ergot. Additions + soustractions et faisait aussi des reports. 1673: amlioration de la Pascaline par Leibniz (Allemagne). Effectue les quatre oprations de base + extraction de racines carres. Non construite faute de moyens financiers. Djamal Rebane

4 Machines cartes perfores 1801: industrie de textile (France) Jacquard et Falcon 1887: Hollerith (USA) machine lire des cartes (CENSUS MACHINE) utilise dans le recensement aux USA. Ordinateur primitif 1830: Charles Babbage machine diffrences- utilise les principes de report de la Pascaline combins avec les cartes perfores de Jacquard. Djamal Rebane

5 1834: Charles Babbage- machine analytique- systme de numrotation dcimal; accepte des nombres de 50 chiffres et en rsultat, un nombre de 100 chiffres (imprim, cartes perfores, courbe) - projet non finalis. Cette machine runissait dj des fonctions automatiques essentielles: mmoiredispositifs de calcul - fonction de commande et dentre-sortie Djamal Rebane

6 La machine analytique de C. Babbage Djamal Rebane 7 1930: L'Enigma et les Bombes Compose d'un clavier, de 26 lampes pour reprsenter l'alphabet et gnralement de 3 rotors, lEnigma tait destine l'origine crypter des documents d'affaires.

1939 ABC par J. ATANASHOFF et Clifford BERRY. Ce calculateur a t le premier utiliser le systme binaire et tait capable de rsoudre des quations 29 variables. Djamal Rebane 8 1941 Z3 par K. ZUSE. Compos de 2600 relais, d'un lecteur de bandes et d'une console pour l'oprateur, sa mmoire pouvait contenir 64 nombres de 22 chiffres exprims en virgule

flottante. Il ralisait une multiplication en trois cinq secondes. Djamal Rebane 9 1943 ASCC ou Harvard MARK 1 par H. AIKEN. Cette machine, construite en collaboration avec IBM, utilise un principe inspir par les travaux de C. BABBAGE. Compose de 765 299 lments, elle pesait 5 tonnes et avait besoin de plusieurs tonnes de glace par jour pour la refroidir.

Ses performances et sa fiabilit taient remarquables mais elle ne pouvait effectuer aucun saut conditionnel. Djamal Rebane 10 1943 Colossus I Compos de 1 500 lampes et d'un lecteur de bandes capable de lire 5000 caractres la seconde. Ce calculateur lectronique anglais a t conu pour dcoder les messages chiffrs par la machine de Lorentz allemande qui

tait un tlscripteur dot de rotors (utilisant un principe assez proche de lEnigma). Djamal Rebane 11 1946 ENIAC, par J. ECKERT et J. MAUCHLY (Electronic Numerical Integrator and Computer) Command par l'arme des tats-Unis en 1943 pour effectuer les calculs de

balistique, il remplaait 200 personnes charges auparavant de calculer les tables de tir. Il occupait 23 m, pesait 30 tonnes, cotait un million de dollars. Djamal Rebane 12 La machine ENIAC pesait 30 tonnes Djamal Rebane 13

La machine ENIAC est dispose en U de 6 mtres de largeur par 12 mtres de longueur. Djamal Rebane 14 1948: IBM SSEC, par Wallace Eckert (Selective Sequence Electronic Calculator) Ce calculateur compos de 20 000 relais et de 12 500 tubes a servi pour le calcul de tables de positions de la lune, mais a surtout t une vitrine technologique (il tait d'ailleurs visible par le public) pour IBM.

Djamal Rebane 15 1948: Manchester Mark 1 (ou Ferranti Mark I) Btie sur des plans de J. NEUMANN par une quipe anglaise. Ce prototype est le premier disposer d'une unit de commande interne et suivre un programme enregistr. C'est sur cette machine de 1300 tubes qu'est utilise pour la premire fois la mmoire tubes Williams.

Djamal Rebane 16 1949: EDSAC, par Maurice WILKES (Electronic Delay Storage Automatic Computer) Cet ordinateur numrique et lectronique est bas sur l'architecture de J. NEUMANN. Compos de 3000 tubes et consommant 30KW, il utilise une mmoire de type "lignes de retard mercure". Il s'agit d'une machine parfaitement

oprationnelle qui a t construite dans un laboratoire de l'Universit de Cambridge en Angleterre. Djamal Rebane 17 1951: Whirlwind Premier ordinateur "temps rel " 1955: Premier calculateur transistoris: TRADIC 1960: PDP-1 (Programmed Data Processor) C'est le prcurseur des "minis". Vendu pour $125 000 (une fraction du cot d'un

ordinateur de l'poque) et livr sans logiciels, il tait plutt cibl pour les scientifiques et les ingnieurs. Djamal Rebane 18 1959: IBM 1401: Utilisant des transistors et des mmoire tores de ferrite, fourni avec un gnrateur d'applications (RPG) destin en faciliter l'utilisation, cet ordinateur a marqu une tape dans l're de la comptabilit. L'imprimante (1403) associe tait d'une rapidit exceptionnelle (600

lignes par minutes !). IBM avait tabl sur un millier de ventes... plus de 12 000 exemplaires seront vendus Djamal Rebane 19 1964: IBM System/360: Alors que tous ses ordinateurs utilisaient des architectures et logiciels incompatibles entre eux, IBM dcida d'investir plusieurs millions de dollars et de dvelopper une gamme entirement nouvelle : 6 ordinateurs et 44 priphriques, ayant des capacits

diffrentes mais tous compatibles entre eux. La technologie utilise, loin d'tre innovante, tait transistors et mmoire tores. Djamal Rebane 20 1965: Premier mini-ordinateur diffus massivement: PDP-8 de DEC 1973: Micral-N de R2E C'est le premier micro-ordinateur du monde, il a t invent par A. TRUONG, fondateur de R2E: une petite socit

franaise Djamal Rebane 21 1973: l'Alto (renomm Xerox Star en 1981) de XEROX Ce prototype, pens pour devenir le bureau du futur, est un condens des ides proposes par les chercheurs runis par XEROX au Palo-Alto Research Center (PARC). Il est le premier introduire l'ide de fentres et d'icnes

que l'on peut grer grce une souris. Principalement, en raison de son cot, cet ordinateur ne connatra qu'un succs d'estime. Djamal Rebane 22 1975: Altair 8800 de ED. ROBERTS (MITS) Il est considr par les Amricains comme le premier micro-ordinateur du monde, bien que ce soit le Micral-N. Cependant, c'est pour l'Altair que sera le premier

BASIC Microsoft. 1976: CRAY I: Cr par Saymour CRAY, c'est le premier ordinateur architecture vectorielle. Djamal Rebane 23 1978: DEC VAX 11/780 (Virtual Address eXtension) Premier modle de "supermini", cet ordinateur 32 bits pouvait excuter des programmes crits pour le PDP-11. Il avait

aussi suffisamment de ressources pour supporter des applications qui taient jusqu'ici rserves aux gros mainframes. Il reste aussi clbre pour son systme d'exploitation VMS Djamal Rebane 24 1982: Cray X-MP Compos de deux Cray I mis en parallle, il est 3 fois plus puissant que celui-ci. Djamal Rebane

25 1981: IBM-PC (Personnal Computer) Cet ordinateur, qui n'apporte aucune ide rvolutionnaire, est la raction du n1 mondial face la microinformatique : Il tait fait d'une accumulation de composants standards et de logiciels sous-traits (principalement auprs de Microsoft) dans le but de minimiser le temps ncessaire pour sa mise au point. Djamal Rebane

26 1983: Lisa d'APPLE Steve JOBS, trs intress par l'Alto reprendra la plupart des ides de celui-ci pour le compte d'APPLE, en particulier la notion d'interface graphique (GUI) et l'utilisation de la souris. Cependant, ce micro-ordinateur ne connatra pas non plus de succs commercial. Djamal Rebane 27

1984: Amiga Utilisant un microprocesseur Motorola 680x0, ce micro-ordinateur reste parmi les leaders pour ce qui est du graphisme et de la musique. 1984: Macintosh d'APPLE. Bas sur le projet LISA, c'est l'ordinateur convivial par excellence: Son utilisation est trs simple grce la souris et la qualit de ses graphismes. Il devient au fil des annes, et des diffrentes versions, l'autre grand standard (avec le PC d'IBM) du monde de la micro-informatique. Djamal Rebane

28 1985: Cray II : Miniaturis, il est 10 fois plus puissant que son prdcesseur, le Cray I. 1986: The Connection Machine Premier ordinateur "massivement parallle" compos de 16 000 processeurs. 1994: Paragon d'Intel. Cotant 20 Millions de dollars, occupant un volume de 48m3, il est compos de 2000 processeurs et de 64 Giga-octets de mmoire. Il peut effectuer Djamal Rebane

29 150 milliards d'oprations en virgule flottante par seconde 1994: PowerMac d'APPLE Bas sur le microprocesseur POWER-PC ralis par Motorola en collaboration avec IBM, il tait prsent comme le successeur commun du PC et du MAC. Cependant, malgr de trs bonnes performances, il tarde s'imposer. Djamal Rebane

30 1998: iMac d'APPLE L'iMac tait l'ordinateur d'Apple pour le nouveau millnaire. Il a galement marqu le retour d'Apple (et de MacOS) au devant de la scne. C'est l'ordinateur le plus original depuis le premier Mac de 1984: Design trs particulier, cran et unit centrale intgrs dans un seul botier, ports USB et pas de lecteur de disquette interne. Djamal Rebane

31 Ordinateur et changements technologiques Premire gnration: Tubes lectroniques (lampes vide) Deuxime gnration: transistors Troisime gnration: circuits intgrs Quatrime gnration: microprocesseurs. Cinquime gnration: intelligence artificielle. Djamal Rebane 32

Premire gnration 1949-1957 Ordinateur cartes perfores et bandes magntiques Programmation physique en langage machine Appareils immenses, lourds, nergie leve Utilisation de tubes vide et mmoires tambour magntique Prix lev / capacit et performance. Djamal Rebane 33

Deuxime gnration 1958 - 1964 Utilisation de transistors et des mmoires ferrite. Utilisation de mmoires de masse pour le stockage priphrique. Temps daccs moyen (de lordre de la micro-seconde). Fonctionnement squentiel des systmes de programmation (langages volus). Djamal Rebane 34

Troisime gnration 1965-1971 Miniaturisation des composants (circuits intgrs) Apparition des systmes dexploitation Concepts de temps partags Machines polyvalentes et de capacit varie Appareils modulaires et extensibles Multitraitement (plusieurs programmes la fois) Tltraitement (accs par tlphone) Djamal Rebane

35 Quatrime gnration 1971-1982 Miniaturisation extrmes des composants Apparition des microprocesseurs Diversification des champs dapplication Apparition de la micro-informatique

Laspect logiciel prend le pas sur laspect matriel Djamal Rebane 36 Cinquime gnration Miniaturisation des composants pousse lextrme Vitesse proche de celle de la lumire. Nouvelle architecture physique Possibilit de choix dordre des vecteurs squentiels traiter

Vitesse de traitement augmente jusquau gigalips (Logical Inference: de 100 1000 instructions) Djamal Rebane 37 Processeurs en parallle Nouvelles structures et reprsentations des donnes. Ajout du traitement de laspect smantique celui de laspect syntaxique de linformation

Ordinateurs photons Djamal Rebane 38 Alternatives cette classification 1- architectures et conception (PC compatibles vs. Apple) 2- super-ordinateurs: SIMD vs. MIMD 3- RISC vs. CISC 4- taille: super, gros, mini, station ou micro ordinateurs 5- , etc.

Djamal Rebane 39 volution de la programmation Ada Byron (1816-1852): premire programmatrice pour la machine de Babbage Adle Goldstine: programme pour ENIAC en 1946. Les premiers programmes en Langage machine (0 et 1) Langage symboliques: assembleurs

Djamal Rebane 40 Fortran (Formula Translator) vers 1950 par J. Backus. Apparurent aussi des langages spcialiss comme le GPSS (simulation) et APT (commande de machines outils) Vers la fin de 1950: - Algol: notion de blocs Djamal Rebane

41 Cobol: applications de gestion. PL/1: dans le but de traiter plusieurs genres dapplications (universels). Apparurent ensuite les langages Pascal, Modula, C, ... La micro-informatique a rpandu le Basic Langages fonctionnels (Lisp): utilis dans le traitement des expressions symboliques Langages Logiques (Prolog): intelligence artificielle; pouvoir dinfrence Langages interrogatifs (bases de donne) tels SQL

Djamal Rebane 42 Dautres types de langages sont apparus, tels ceux de description: le langage HTML (Hyper Text Markup Language: permet de dcrire un document dans le but de le visionner dans un navigateur internet). Il existe aussi des langages permettant de piloter dautres lments tels les langages de script dans UNIX. Djamal Rebane

43 Structure des ordinateurs John Von Neumann est l'origine (1946) d'un modle de machine universelle (non spcialise) qui caractrise les machines possdant les lments suivants : une mmoire contenant programme (instructions) et donnes, une unit arithmtique et logique (UAL ou ALU en anglais), une unit de commande (UC). Djamal Rebane

44 une unit permettant l'change d'information avec les priphriques : l'unit d'entre/sortie (E/S ou I/O), ( clavier, lecteur de cartes perfores, ruban, ... cran, imprimante, cartes perfores, ....) Djamal Rebane 45 Caractristiques de la machine de

J. Von Neumann Machine contrle par programme Programme enregistr en mmoire Instruction du programme code sous forme binaire Le programme peut modifier ses instructions Excution des instructions en squence Existence dinstructions de rupture de squence. Djamal Rebane 46

Schma de la machine de Von Neuman UAL = unit arithmtique et logique Djamal Rebane 47 Ces dispositifs permettent la mise en oeuvre des fonctions de base d'un ordinateur : le stockage de donnes, le traitement des donnes, le mouvement des donnes et le contrle. Le fonctionnement schmatique en est le suivant : Unit de Commande

1. extrait une instruction de la mmoire, 2. analyse l'instruction, 3. recherche dans la mmoire les donnes concernes par l'instruction, 4. dclenche l'opration adquate sur lUAL ou l'E/S, Djamal Rebane 48 5. range au besoin le rsultat dans la mmoire. ! La majorit des machines actuelles

s'appuient sur le modle Von Neumann Djamal Rebane 49 Quelques mots sur la mmoire Carte perfore 80 colonnes (IBM) Ce systme qui deviendra un standard est la gnralisation de la carte perfore qui est l'origine de la compagnie. Mmoires tubes Williams Dveloppe par F. C. Williams, ce type de mmoire utilise les charges rsiduelles laisses

sur l'cran d'un tube cathodique aprs qu'il ait t frapp par le faisceau d'lectron. Djamal Rebane 50 Bande magntique Mmoires vives tores de ferrite Pendant une petite vingtaine d'anne, ce principe de mmoire sera le plus utilis avant d'tre remplac par la mmoire semi-conducteurs. Tambour magntique

Disque magntique Aussi appel disque dur, ce type de support deviendra incontournable lorsqu'il prendra sa forme actuelle en 1974: Le disque Winchester. Djamal Rebane 51 Mmoires semi-conducteurs Disques souples Mmoire magntique bulles (Intel) Mise au point par Intel Magnetics , c'est une technologie qui offrait une trs grande fiabilit mme dans des

conditions de fonctionnement extrmes. Disque Opto-Numrique (aussi appel Compact Disc ou Disque Optique Compact) Disque de plastique de 12 cm de diamtre et 1,2 mm d'paisseur lu par un faisceau laser Djamal Rebane 52 o l'on peut stocker environ 75 minutes de musique. Son succs, outre son format, vient

de l'exceptionnelle qualit de reproduction sonore, de sa faible fragilit ainsi que de son inusabilit pas de contact). Djamal Rebane 53 CD-ROM (Sony et Philips) (Compact Disc Read Only Memory) - Cdrom en franais Version informatique du CD permettant de stocker la fois du texte, des images, des sons... Sa capacit tait exceptionnelle pour

l'poque: 680 Mo. R.N.I.S (Rseau Numrique Intgration de Services) - Baptis Numris par France Tlcom Djamal Rebane 54 Rseau publique (comme le Rseau Tlphonique Commut) o toutes les donnes (voix, images, donnes informatiques...) circulent en numrique

DVD-ROM (Sony et Philips): Successeur annonc du CD-ROM dont il reprend exactement le format physique. Sa capacit est par contre multiplie par 12 et passe environ 8,5 Go. Djamal Rebane 55 Les Cls USB Il s'agit simplement d'une puce mmoire avec un connecteur USB. L'ensemble la taille d'une cl (et peut d'ailleurs se mettre en porte-cl) ce qui a

donn son nom. Les capacits actuelles dpassent celles d'un CD-ROM avec l'avantage d'tre rinscriptible volont. Quelques mots sur les systmes dexploitation Dfinition Un systme d'exploitation (SE; en anglais: OS = operating system) est un ensemble de programmes de gestion du systme qui permet de grer les lments fondamentaux de l'ordinateur: le matriel - les logiciels - la mmoire - les donnes les rseaux.

Djamal Rebane 57 Fonctions dun systme dexploitation

Gestion de la mmoire Gestion des systmes de fichiers Gestion des processus Mcanismes de synchronisation Gestion des priphriques Gestion du rseau Gestion de la scurit. Djamal Rebane 58 Un exemple Soit la commande suivante: emacs monfichier.txt

Juste aprs avoir tap le fatidique, le systme d'exploitation est mis contribution. A savoir qu'il doit ; 1) aller chercher sur le disque dur un fichier qui s'appelle emacs et qui doit tre imprativement un fichier d'instruction excuter (fichier excutable ou "binaire"). 2) aller chercher sur le disque dur un fichier qui s'appelle monfichier.txt et rattacher ledit fichier l'excutable emacs en tant que fichier de donnes. Djamal Rebane 59

3) trouver une place en mmoire RAM pour y placer tout ou partie de emacs de telle manire qu'il soit effectivement excutable et une place en RAM pour y placer tout ou partie du fichier monfichier.txt. Trouver une place en RAM pour y mettre une zone de communication avec emacs. Le SE et emacs doivent communiquer entre eux afin de s'informer (entre autres choses) du bon droulement des oprations. Djamal Rebane

60 4) Si les fichiers emacs et monfichier.txt sont trop gros pour la place disponible en RAM , le SE se charge de ne mettre en mmoire vive que la partie des fichiers effectivement utile l'instant t pour le processeur. Ds qu'une autre partie du fichier devient utile la partie prcdente est efface de la RAM, et la zone "utile" est recopie sa place. Cette technique s'appelle le "swapping". Djamal Rebane

61 Il existe actuellement plus de 193 systmes dexploitation dans 27 langues Quelques exemples UNIX VMS MS-DOS Win 9X = dsigne les Windows 95-98-Me, hritiers de MS-DOS et Win 3.1. Il n'a aura plus de nouvelles versions. Cette gamme est remplace par Win XP home. Djamal Rebane

62 Windows NT est le systme dexploitation Microsoft conu pour se passer de MS-DOS, tout en gardant une grande compatibilit avec les logiciels crits pour MS-DOS, Win 3 et plus tard Win 9X (= Win 4.0). Windows 2000 est le nom commercial de Win NT 5.0, et Win XP celui de NT 5.1 Pour ceux qui confondent : Win 2000, n'est pas le successeur technique de Win 98 : Win 98 a besoin de MS-DOS pour dmarrer. Win NT-2000-XP l'mule dans une machine

virtuelle. Djamal Rebane 63 les priphriques d'entre-sortie (par exemple les cartes d'extension) varient d'un modle d'ordinateur un autre. Il faut donc un systme qui puisse unifier l'criture des instructions grant le matriel. Ainsi, lorsqu'un programme dsire afficher des informations l'cran, il n'a pas besoin

d'envoyer des informations spcifiques la carte graphique (il faudrait que chaque programme prenne en compte la programmation de chaque carte...), il envoie les informations au systme d'exploitation, qui se charge de les transmettre au priphrique concern... Djamal Rebane 64 La communication avec le systme d'exploitation s'tablit par l'intermdiaire d'un langage de

commandes et un interprteur de commandes. Cela permet l'utilisateur de piloter les priphriques en ignorant tout des caractristiques du matriel qu'il utilise, de la gestion des adresses physiques... Djamal Rebane 65 Le systmes multi-tches Les systme d'exploitation multi-tches permettent de partager le temps du processeur pour

plusieurs programmes, ainsi ceux-ci sembleront s'excuter simultanment. Pour raliser ce processus, les applications sont dcoupes en squence d'instructions appeles tches ou processus. Ces tches seront tour tour actives, en attente, suspendues ou dtruites, suivant la priorit qui leur est associe. Djamal Rebane 66 Un systme est dit premptif lorsqu'il possde

un Ordonnanceur (aussi appel planificateur ou scheduler), qui rpartit, selon des critres de priorit le temps machine entre les diffrentes tches qui en font la demande. Le systme est dit temps partag lorsqu'un quota de temps est allou chaque processus par l'ordonnanceur. Cela est notamment le cas des systmes multi-utilisateurs qui permettent plusieurs utilisateurs d'utiliser simultanment sur une mme machine des applications similaires. Djamal Rebane

67 Le systme est alors dit "systme transactionnel". Dans ce cas, le systme alloue chaque utilisateur une tranche de temps (quantum de temps). Systmes multi-processeurs Ces systmes sont ncessairement multi-tches puisqu'on leur demande d'une part de pouvoir excuter simultanment plusieurs applications, mais surtout d'organiser leur excution sur les diffrents processeurs (qui peuvent tre identiques ou non). Ces systmes peuvent tre soit architecturs autour d'un processeur

central qui coordonne les autres Djamal Rebane 68 processeurs, soit avec des processeurs indpendants qui possdent chacun leur systme d'exploitation, ce qui leur vaut de communiquer entre eux par l'intermdiaire de protocoles. Djamal Rebane

69 Les types de systmes d'exploitation deux types de systmes d'exploitation: les systmes 16 bits et les systmes 32 bits. - DOS codage sur 16 bits mono-utilisateur - Windows 3.1 codage sur 16/32 bits multitche premptif - Windows 95/98/Me 32 bits multi-tches premptif - Windows NT/2000 32 bits multi-tches premptif - Unix 32 bits multi-tches premptif - VMS 32 bits muli-tches premptif

Djamal Rebane 70 Pour en savoir plus Moreau, Ren (1982): ainsi naquit linformatique, les hommes, les matriels lorigine des concepts de linformatique daujourdhui, deuxime dition, Dunod. Randell, Brian (1982): the origin of digital computers: selected papers; Springer Verlag Les ordinateurs de cinquime gnration; MICRO-SYSTEMS, fvrier 1983. Des photons dans lordinateurs, MICROSYSTEMS, dcembre 1983

Djamal Rebane 71 Machines pensantes, DIMENSIONS SYSTEMS, 1984-1985. Les calculateurs analogiques, MICROSYSTEMS, juillet-aot 1986. Pour la science: spcial informatique du futur. No. 122, dcembre 1987. Pour la science: Linformatique des annes 90, No. Spcial 72. Pour la science: communication, ordinateurs et rseaux, numro spcial,

1991. Djamal Rebane 72 R. Keyes: Lavenir du transistor; pour la science, aot 1993. Une adresse de site utile www.histoire-informatique.org/grandes_dates Djamal Rebane 73

Recently Viewed Presentations

  • Principes généraux de santé publique

    Principes généraux de santé publique

    Times New Roman Wingdings Tahoma Arial Modèle par défaut Adobe Photoshop Image Microsoft Map Graphique Microsoft Excel Principes généraux de santé publique Plan du cours Conception des états de santé et de maladies Définition de la santé publique Les déterminants...
  • Assessment to Intervention - Sacramento State

    Assessment to Intervention - Sacramento State

    Imagine having feeling in your hair and the pain of having it cut. Imagine having autism." ... Restricted, repetitive and stereotyped patterns of behaviors, interests, and mannerisms. ... Assessment to Intervention. Preschool to Graduation.
  • QuickTime and a TIFF (Uncompressed) decompressor are needed

    QuickTime and a TIFF (Uncompressed) decompressor are needed

    Gay men who indicated a dissatisfaction with their bodies were also likely to display behaviors associated with eating disorders. The notions of masculinity were highly interrelated, suggesting that an ideological orientation for masculinity is present in some gay men.
  • Chapter 8 - Improving Your Memory-.PPT

    Chapter 8 - Improving Your Memory-.PPT

    Strategies for College Success - Chapter 8 Improving your Memory Memory Techniques What we'll be covering: things that can effect your ability to remember something basic memory tips strategies to improve your memory moving from short-term memory to long-term memory...
  • Reminders 8/23/17 - DR. SPRUILL

    Reminders 8/23/17 - DR. SPRUILL

    Share a key quote that relates to the conflict or key issue of the novel . ... The thematic concept of appearance versus reality presents itself in the play Othello. What is the message about appearance versus reality so far?...
  • Aid for Trade

    Aid for Trade

    Certains de ces obstacles que le Cycle de négociations commerciales multilatérales de Doha vise à réduire ou à éliminer se trouvent sur les marchés d'exportation. Il s'agit des obstacles non tarifaires - de plus en plus importants - et des...
  • Architectural Modal_Ch.4

    Architectural Modal_Ch.4

    CSS Data Warehousing for BS(CS) Lecture 1-2: DW & Need for DW Khurram Shahzad [email protected] Department of Computer Science Agenda Introduction Course Material Course Evaluation Course Contents Muhammad Khurram Shahzad M Khurram Shahzad Assistant Professor M.Sc. from PUCIT, University of...
  • Theft - Teaching With Crump!

    Theft - Teaching With Crump!

    Davidge and Bunnett (1984) - where money or cheques are given for a particular purpose, they must be used for that purpose or there can be a conviction for theft DPP v Huskinson (1988) - where money or cheques are...